Au sommaire du n°4

Papilles

Partager un repas… et pas que le pain !

À table, les relations prennent de l’épaisseur, le champ de l’échange s’ouvre. Yvan Loiseau a décidé d’en faire l’expérience grandeur plus que nature, avec son projet de La plus grande table du monde. Le 18 septembre prochain, elle accueillera plus de 10 000 personnes entre la mairie de Saint-Ouen et la basilique de Saint-Denis sur quelques 3,3 kilomètres, en plein cœur de la Seine-Saint-Denis.

L’imagination s’invite en cuisine : rien ne se perd, tout se transforme !

Manger tout ce que nous avons cultivé et produit, jusqu’à la dernière miette, c’est l’occasion rêvée d’inviter la créativité en cuisine ! Le restau-coopératif d’intérêt collectif Arlevie en a fait son mantra : chaque midi, on y propose au prix unique de 11 €, 15 plats végétariens à emporter, cuisinés à partir d’invendus alimentaires et servis dans des contenants compostables. Zéro déchet, zéro stock, et plein d’imagination dans les assiettes.

Et si on déjeunait en paix ?

Manger est un processus naturel et vital, au même titre que respirer. Et puisque notre corps sait d’instinct ce dont nous avons besoin, lui faire confiance et l’écouter ne peut que faire du bien ! L’alimentation intuitive propose de reconstruire notre rapport à la nourriture, forgé par notre culture alimentaire familiale et des injonctions sociétales fortes. Apprendre à écouter nos propres signaux corporels de faim et de satiété, vivre nos émotions avec bienveillance et honorer nos papilles… Voilà des principes à goûter d’urgence !

À table, tout le monde !

Nourrir l’ensemble de la population humaine dans le respect du vivant : cela ressemble à un vœu pieu, et pourtant… En allant vers une alimentation plus végétale et solidaire, le défi semble tout à fait à notre portée. Quantités d’initiatives fleurissent pour nous accompagner dans ce cheminement, en nourrissant notre curiosité culinaire, en proposant des pistes concrètes pour une alimentation durable. Dans le même temps, des expérimentations de sécurité sociale de l’alimentation nous invitent à réfléchir à une approche solidaire et inclusive.

Sugio Yamaguchi, délicieusement engagé

« La cuisine d’apparence ne peut satisfaire que les yeux mais non le cœur ». Ce sont les mots du jeune chef japonais Sugio Yamaguchi, qui trouve son inspiration dans les saisons et ses menus dans le temps qu’il fait.

Cuisiner, un temps pour prendre soin de soi et des autres

L’atelier Funambule a fait de la cuisine sensorielle sa philosophie. Des recettes uniques, imaginées sur-mesure en fonction des émotions, de l’état d’esprit, de la personnalité et des goûts de celui ou celle qui passe commande. Par l’association subtile et délicate des ingrédients, des textures, des températures, des saveurs, des couleurs et des senteurs, il s’agit d’exprimer dans une recette sans nulle autre pareille l’essence de celui ou celle qui l’a inspirée… Inspirant !

La restauration collective fait sa mue

Des produits frais, bio, de saison, et à 95 % locaux, du fait-maison jusque pour la charcuterie ou la pâte feuilletée des bouchées à la reine, jamais de surgelés… L’entreprise Restoria montre qu’on peut faire rimer restauration collective et cuisine attentive !

Le ventre, cet autre cerveau qui nous guide

Saviez-vous que notre intestin était colonisé par cent mille milliards de bactéries que l’on appelle « microbiote » et innervé par 500 millions de neurones permettant d’assurer le flux des aliments ? Une étude de l’Institut Pasteur vient de montrer que ces neurones modifient également le fonctionnement cérébral… Bluffant !

À voir, à vivre, à lire…

Un documentaire à travers l’Europe à la découverte des initiatives alternatives et durables, un festival international de co-construction des systèmes alimentaires de demain, un livre pour faire de l’alimentation un ingrédient du changement… Mue vous partage ses découvertes culturelles.